Accepter l’islam ou intégrer les musulmans ? Le HuffPost, 06/05/16

huff-post Publication : 06/05/2016 07h11 

img_2214
Grande Mosquée de Paris

Que voulons-nous ? Accepter l’islam ou intégrer les musulmans ? C’est cela la vraie question, sans hypocrisie, ni fioritures. L’islam est un système qui ne peut se fondre dans cet autre système qu’est la République.

Après plusieurs siècles de combat, la société française issue de l’Ancien régime a pu séparer les Églises des États. Le système républicain primait sur toute autre idéologie en France. Les lois de la République ne sont pas anti-religieuses mais a-religieuses, car la République fait la différence entre la foi et la religion : la foi est une démarche de l’intime entre le croyant et son créateur ; la religion est une organisation temporelle qui a depuis fort longtemps mis les lois divines au-dessus des lois des hommes.

Toute organisation temporelle implique un pouvoir. Doit-on se souvenir des moines du Moyen-Âge, des diocèses qui ont suivi, des papes qui faisaient les rois, de l’alliance du sabre et du goupillon, de l’Inquisition où l’on se plaisait à mettre sur le bûcher des femmes suspectées de sorcellerie ?

Le res publica donne à chacun de nous les clés de la cité et nous rend co-responsables, donc égaux et solidaires. Ce à quoi vous croyez ne regarde personne d’autre que vous, citoyen laïc. Si la laïcité se doit d’être partagée, ouverte et généreuse, c’est pour éviter que les religions ne soient agressives. Celles-ci ont envahi l’espace public. Ne créons pas une laïcité à son tour agressive pour refaire les combats du début du vingtième siècle. C’est parce que cet espace public s’est trouvé affaibli que les tempêtes du Proche-Orient ont pu s’inviter aussi aisément chez nous.

Déradicaliser une poignée de terroristes issus du petit banditisme, en faire les oriflammes d’une religion monothéiste, les porte-drapeaux d’une civilisation millénaire, est une réduction indigne. Et si les musulmans des Lumières, nombreux dans la société française, n’arrivent pas être écoutés et entendus, c’est sans doute parce que nos médias préfèrent les trains qui n’arrivent pas à l’heure, à ceux qui sont au rendez-vous.

Que voulons-nous ?

Continuer nos querelles intestines, rendre tous les gouvernements responsables de nos petits malheurs quotidiens, ou reconstruire le citoyen, le modèle français, en un mot la République !

Mais une main seule n’a jamais applaudi ; c’est à nous de nous mettre ensemble en commençant par se reconstruire, chacun, en tant que citoyen.

Publicités

À propos Antoine Sfeir
Journaliste, politologue, enseignant, directeur des Cahiers de l'Orient.

One Response to Accepter l’islam ou intégrer les musulmans ? Le HuffPost, 06/05/16

  1. Cher Antoine; humaniste, vous êtes de ceux qui voudraient que les frères ennemis s’assoient autour d’une table et bâtissent enfin un avenir en commun, pour les populations qu’elles disent représenter, au travers de leurs différences.

    Quand on tire le bilan des nombreuses tentatives entre Israël et la Palestine par exemple, ou même entre croyants d’une même religion tels que les catholiques et les protestants…pour un humaniste, à voir ces comportements belliqueux qui s’expriment au quotidien, (ce doit être atavique, dans nos cerveaux reptiliens, plus que d’Homo-Sapiens-Sapiens), il faut renoncer à tout endoctrinement, car aucun ne détient la véritable sagesse, ni même la vérité absolue.
    Nous pourrions en être les vecteurs, les véhicules humains et propager autour de nous la bonne parole comme l’on fait jadis, le Christ pourtant rejeté, et notamment, par les marchands du Temple ou les adorateurs du Veau d’Or, ou d’autres grands Hommes comme Martin Luther King avec son ‘I have a Dream’, ou un Gandhi capable de rendre l’indépendance à son pays par la non-violence etc…
    Cela n’implique pas d’être athée, mais bien de conserver ses idéaux et sa foi dans son cœur de laïc sans chercher à imposer, puisque notamment comme le dit la religion chrétienne qui je le rappelle est une religion d’Amour, on va vers Dieu, plus qu’il ne vient à nous.

    L’Islam a vocation à convertir tout être humain à ses principes, voire à les imposer par la force, du moins, c’est ce qu’elle semble démontrer aux yeux d’occidentaux chrétiens. Personne n’aime qu’on lui impose une façon de penser qui n’est pas la sienne, ni même en politique d’ailleurs. Quand on ouvre son regard sur la planète, et vous avez raison de dire que l’Islam ne sait pas s’intégrer avec la République, presque partout ou sont les musulmans des conflits se produisent, mais la religion n’est qu’un prétexte face au pouvoir que donne la gouvernance d’un territoire sur ses populations.

    Quand on parle d’intégration, cela signifie renoncer aussi à des pans de sa culture, de son éducation religieuse et de celle qui est liée à son environnement. Comment un occidental pourrait-il complètement renoncer à son mode, et principes de vie en vivant par exemple comme un musulman s’il est installé en Arabie Saoudite ?

    Les lois de la république sont en théorie, les mêmes pour tous, mais les lois se changent et peuvent évoluer pour satisfaire dans les différences, la possibilité d’exprimer sans contrainte, ni exigences, ni renoncement, ni imposition ce qui a trait à nos croyances fondamentales. Chez tout croyant, quelle que soit sa religion, le respect de l’autre prime en principe. Je crois cependant que la religion du commerce est celle qui nuit le plus à la bonne entente des diversités ethniques et religieuses, car elle agit toujours suivant un rapport de force pas toujours acceptable, plus que dans une sorte d’équilibre ou chaque camp y trouverait son compte.

%d blogueurs aiment cette page :