« Il y a une demande de France dans le monde arabe » – Filfax, 22/03/17

logo-filfax-272x90  Par Gilles TRIOLIER – 22 mars 2017
Egypte vive-la-revolution-24.jpgLe soir de la chute de Moubarak, le 11 février 2011, sur la place Tahrir, au Caire (photo Samuel Forey)

.Fondateur et directeur des Cahiers de l’Orient, le politologue et journaliste français d’origine libanaise Antoine Sfeir est l’auteur de multiples essais et conférences sur le monde arabe et musulman et bien connu des téléspectateurs de l’émission C dans l’air sur France 5. Rencontre.

Lire la suite

Recul du terrorisme djihadiste en Algérie – Liberté, 27/03/17

Liberté logo bleu
RADAR / ACTUALITÉS – Par Rub.Radar  le 27-03-2017

LE POLITOLOGUE ANTOINE SFEIR ANALYSE LES CAUSES
Le politologue Antoine Sfeir, directeur de rédaction des Cahiers de l’Orient et président du Centre d’études et de réflexion sur le proche-Orient, sera demain l’hôte de la ville des Ponts pour parler et débattre des causes du recul de l’islam radical djihadiste en Algérie.

Il s’est avéré que la violence intégriste, qui a endeuillé le pays pendant plus de dix ans, depuis le début de la décennie 90, marqué par l’interruption du processus électoral, ne s’exprime plus en Algérie avec autant d’éclat qu’en Libye, en Tunisie, en Syrie, en Irak et dans plusieurs États européens où des réseaux de djihadistes ont formé une nébuleuse que les services de sécurité peinent à démailler. Pourtant, la menace existe toujours pour l’Algérie.
Au-delà de ce thème central, la conférence d’Antoine Sfeir, déclinée sous le titre générique de “France-Algérie, religion et politique”, traitera aussi des relations franco-algériennes et de la coopération politico-sécuritaire entre les deux pays au “moment où la France subissait l’assaut des djihadistes sur son propre sol” et par ses propres enfants.

  • Dimanche 26 à 18h : Institut français d’Alger
  • Lundi 27 à 18h : Institut français d’Oran
  • Mardi 28 à 17h : Institut français de Constantine

L’Opep a-t-elle encore la main ? BFM Business, 29/11/16

image

bfmbusiness-logoLes Décodeurs de l’éco du mardi 29 novembre présentés par Fabrice Lundy.

Ce serait une première en huit ans si l’Opep parvenait à limiter sa production

Lire la suite

Réajustements diplomatiques

CO 110L’éditorial d’Antoine Sfeir, directeur de la rédaction des Cahiers de l’Orient

Numéro 110 ~ Spécial Iran (printemps 2013)

En trente ans, l’Iran a connu deux révolutions : celle de 1979, qui a vu l’avènement de la République islamique, et celle de 2009, avec la contestation populaire qui a suivi la réélection forcée de Mahmoud Ahmadinejad à la tête de l’État. Y en aura-t-il une troisième à l’occasion des élections présidentielles de juin prochain ? Certains n’ont pas hésité à dire que c’est en réalité à Téhéran, quand les jeunes Iraniens défiaient à la fois les Pasdaran et les milices Bassiji d’Ahmadinejad, que le « printemps arabe » avait commencé. Lire la suite

Commission parlementaire sur les services de renseignement français, 21 février 2013

LCP_logo

21/02/13 Travaux en commission : Audition d’Antoine Sfeir… par LCP

La commission d’enquête sur le fonctionnement des services de renseignement français dans le suivi et la surveillance des mouvements radicaux armés, présidée par Christophe Cavard (Écolo, Gard), a procédé aux trois auditions suivantes :

– Antoine Sfeir, directeur des Cahiers de l’Orient
– Louis Caprioli, ancien responsable de la sous-direction antiterroriste à la direction de la surveillance du territoire (DST)
– Christian Chesnot, grand reporter

Mali / France : les défis à venir

Le leader des putschistes Amadou Sanogo (à gauche) et le président malien Dioncounda Traoré (à droite), le 12 avril 2012 à Bamako. (REUTERS)

Le leader des putschistes Amadou Sanogo (à gauche)
et le président malien Dioncounda Traoré (à droite),
le 12 avril 2012 à Bamako. (REUTERS)

À entendre le président François Hollande, l’opération Serval au Mali serait dans sa phase finale. Pourtant, tout semble commencer aujourd’hui. Après le succès manifeste de l’intervention militaire, de nouveaux problèmes se posent : de la question sécuritaire, dans la région et sur notre sol, à celle de l’avenir des Touareg ; de la reconstruction du Mali à la consolidation des relations franco-algériennes.

Les combattants d’Aqmi et de ses émanations sont à présent coincés dans un territoire situé entre l’armée française, l’Algérie et la Mauritanie, qui ont maintenant fermé leurs frontières, même si cette dernière ligne reste poreuse. Ils restent cependant des cibles mouvantes et insaisissables. Lire la suite

Cernés, les islamistes pourraient lancer des attentats suicides au Mali

La Presse logo

La Presse 25-01-13La Presse, vendredi 25 janvier 2013.

Publié à 06h00 (Montréal, GMT – 6)

Lire l’article en ligne

Le Point, 24 janvier 2013

Le Point logo

*

Le_Point 24 janvier 2013

BFM Business, mercredi 23 janvier 2013

Invité du 20 h 30 de David Dauba.

L’intervention française au Mali et la visite de François Hollande aux Émirats arabes unis

Interview dans le Good Morning Business de Stéphane Soumier sur BFMTV le 14 janvier 2013.

Hollande en Algérie : le retour d’une France qui parle à tous dans le monde arabe ?

Publié  le 19-12-2012 à 12h14 sur Le Plus du Nouvel Observateur.

Avatar de Antoine Sfeir

par 
Dir. des Cahiers de l’Orient

LE PLUS. François Hollande est en visite pour deux jours en Algérie. Un déplacement aux enjeux politique, symbolique et économique. Mais tant au Maghreb qu’au Proche-Orient, la France n’est plus cette puissance « passerelle », capable de parler avec tout le monde, souligne Antoine Sfeir, président du Centre d’études et de réflexion sur le Proche-Orient. Explications.

Édité et parrainé par Hélène Decommer

François Hollande à Alger, le 19 janvier 2012 (Philippe Wojazer/Reuters)

François Hollande à Alger, le 19 janvier 2012 (Philippe Wojazer/Reuters)

Le grand atout de la France, au Proche-Orient comme en Afrique du Nord, a toujours été d’être la seule puissance à pouvoir parler avec tout le monde.

Cela n’est plus vrai, hélas, depuis 2005. L’assassinat de l’ancien président de Conseil libanais, Rafic Hariri, en février de cette année-là, a déclenché l’ire foudroyante de son ami le président Chirac qui, à peine la tragédie survenue, a reproché à son ancien protégé, le chef de l’État syrien, d’en être le commanditaire. Lire la suite